Jour 151

Votre procès deviendra votre triomphe

Sagesse Psaume 68,22-28
Nouveau Testament Jean 19,1-27
Ancien Testament 1 Samuel 26,1-28,25

Introduction

“Houston, nous avons un problème“, disait Jim Lovell le soir du 13 avril 1970. Près de cinquante-six heures après le début de la mission vers la Lune, une explosion à bord du vaisseau spatial a plongé l'équipage dans une lutte pour sa survie. En moins d'une minute, il y a eu une succession de pannes systèmes dans tout le vaisseau spatial. “Tout arrivait en même temps – c’était un échec monstrueux“, a déclaré le contrôleur de vol de la NASA.

Le vaisseau spatial a fait une boucle autour de la Lune, en utilisant sa gravité pour revenir sur terre. Des millions de personnes suivaient le drame à la télévision. La capsule s‘est finalement posée dans l'océan Pacifique, près de Tonga (un État de Polynésie).

Dans un article intitulé “Apollo 13 : du désastre au triomphe“, un journaliste scientifique de la BBC a écrit : “Bien que la mission n'ait pas été un succès d'un point de vue strictement conventionnel, elle a été un triomphe d'ingéniosité et de détermination“. Jim Lovell a déclaré que cela montrait aux gens du monde entier que même si une grande catastrophe s’était produite, elle pouvait être transformée en succès.

L'exemple ultime d’un triomphe qui découle d'une apparente catastrophe, c’est la croix. Ce qui aux yeux du monde apparaissait comme l’ultime défaite, était en fait le triomphe ultime.

Sagesse

Psaume 68,22-28

22 Mais Dieu écrase la tête de ses ennemis,
la tête aux cheveux longs de ceux qui mènent une vie d’assassins.

23 Le Seigneur a dit : « Je ramènerai tes ennemis du Bachan,
je les ramènerai du fond de la mer.
24 Alors tu marcheras dans le sang,
et tes chiens dévoreront le corps de tes ennemis. »
25 Ô Dieu, on voit ton cortège,
ton cortège dans le temple saint, mon Dieu et mon roi !
26 Les chanteurs marchent devant, les musiciens derrière,
les jeunes filles sont au milieu, frappant le tambourin.
27 Remerciez Dieu dans les assemblées,
remerciez Dieu, le Seigneur, vous qui avez vos racines en Israël.
28 En premier, il y a Benjamin, le plus jeune,
puis les chefs de Juda en habits brodés,
les chefs de Zabulon, les chefs de Neftali.

Commentaire

Le triomphe de Dieu

Lorsque nous regardons le monde aujourd'hui, le mal est tellement présent. Ce psaume célèbre l’ultime triomphe de Dieu sur le mal et en particulier sur les nations et les empires maléfiques. Vous êtes invités à assister à l'entrée triomphale de Dieu dans son temple. Dieu a triomphé. Le droit et la justice l'emporteront. L'orgueil humain et l'arrogance démesurée seront un jour abaissés devant la majesté du juste gouvernement de Dieu.
\t David décrit une procession triomphale célébrant la victoire de Dieu sur ses ennemis : « Mais Dieu écrase la tête de ses ennemis… Ô Dieu, on voit ton cortège, ton cortège dans le temple saint, mon Dieu et mon roi ! » (vv.22,25)

Voici l’image d’une assemblée telle qu'elle devrait être ; une communauté composée, avec des chanteurs, des musiciens, des tambourins et d’autres instruments, tous louant Dieu – et avec des princes parmi eux (vv.25-28). Ils sont dirigés par « Benjamin, la plus petite des tribus » (v.28) (NFC). Les derniers seront les premiers.

Prière

Seigneur, je prie pour que nous assistions à un renouveau de la foi chrétienne et que les dirigeants de notre nation soient au cœur de nos communautés, louant Dieu dans la grande assemblée (v.27).

Nouveau Testament

Jean 19,1-27

19 Alors Pilate commande d’emmener Jésus et de le frapper à coups de fouet. 2 Les soldats tressent une couronne avec des branches épineuses. Et, pour se moquer de Jésus, ils la posent sur sa tête. Ils lui mettent aussi un vêtement de chef en beau tissu rouge. 3 Ils s’approchent de lui et lui disent : « Salut, roi des Juifs ! » Et ils lui donnent des gifles.

4 Pilate sort encore une fois et dit aux Juifs : « Écoutez ! Je vais vous amener Jésus dehors. Ainsi, vous comprendrez que je ne trouve aucune raison de le condamner. » 5 Alors Jésus sort. Il porte la couronne d’épines et le vêtement rouge. Pilate leur dit : « Voici l’homme ! »

6 Quand les chefs des prêtres et les gardes du temple voient Jésus, ils se mettent à crier : « Cloue-le sur une croix ! Sur une croix ! » Pilate leur dit : « Prenez-le vous-mêmes et clouez-le sur une croix. Moi, je ne trouve aucune raison de le condamner. » 7 La foule lui répond : « Nous avons une loi, et d’après cette loi, il doit mourir. En effet, il a dit qu’il était le Fils de Dieu. »

8 Quand Pilate entend ces mots, il a encore plus peur. 9 Il rentre dans le palais et il demande à Jésus : « D’où viens-tu ? » Mais Jésus ne lui répond pas. 10 Alors Pilate lui dit : « Tu ne veux pas me parler, à moi ? Tu ne sais donc pas que j’ai le pouvoir de te libérer et que j’ai aussi le pouvoir de te clouer sur une croix ? » 11 Jésus lui répond : « Tu n’as sur moi aucun pouvoir, sauf celui que Dieu te donne. C’est pourquoi celui qui m’a livré à toi est plus coupable que toi. »

12 À partir de ce moment, Pilate cherche à libérer Jésus, mais la foule se met à crier : « Si tu libères cet homme, tu n’es pas un ami de l’empereur ! Tous ceux qui disent : “Je suis roi” sont des ennemis de l’empereur ! » 13 Quand Pilate entend ces mots, il fait amener Jésus dehors. Il s’assoit sur un siège, à l’endroit appelé « Cour pavée », qu’on appelle en hébreu « Gabbata ».

14 C’est la veille de la fête de la Pâque, vers midi. Pilate dit aux Juifs : « Voici votre roi. » 15 Mais ils se mettent à crier : « À mort ! À mort ! Cloue-le sur une croix ! » Pilate leur dit : « Est-ce que je vais clouer votre roi sur une croix ? » Les chefs des prêtres répondent : « Notre seul roi, c’est l’empereur ! » 16 Alors il leur livre Jésus pour qu’on le cloue sur une croix.

Les soldats clouent Jésus sur une croix

On emmène donc Jésus. 17 Il sort de la ville, en portant lui-même sa croix. Il va vers un endroit appelé « Le lieu du Crâne », qu’on appelle en hébreu « Golgotha ». 18 Là, les soldats clouent Jésus sur la croix. Ils clouent aussi deux autres hommes sur des croix, l’un à la droite de Jésus, l’autre à sa gauche.

19 Pilate a donné l’ordre de faire une pancarte et de la fixer sur la croix. Il a fait écrire dessus : « Jésus de Nazareth, le roi des Juifs ». 20 Beaucoup de Juifs lisent cette pancarte. En effet, l’endroit où on a mis Jésus sur la croix est près de la ville, et la pancarte est écrite en hébreu, en latin et en grec. 21 Les chefs des prêtres disent à Pilate : « Ne laisse pas ce qui est écrit : “Le roi des Juifs”. Mais fais écrire : “Cet homme a dit : Je suis le roi des Juifs.” » 22 Pilate leur répond : « Ce que j’ai écrit, je le laisse écrit. »

23 Quand les soldats ont cloué Jésus sur la croix, ils prennent ses habits. Ils en font quatre parts, une pour chaque soldat. Ils prennent aussi son grand vêtement. C’est un vêtement sans couture, il est tissé d’un seul morceau, de haut en bas. 24 Les soldats se disent entre eux : « Ne le déchirons pas. Mais tirons au sort pour savoir qui aura ce vêtement. »

Ainsi, ce qui est écrit dans les Livres Saints se réalise :

 « Entre eux, ils ont partagé mes habits.
 Et ils ont tiré au sort
 pour savoir qui aura mon vêtement. »

Voilà ce que les soldats ont fait.

25 Près de la croix de Jésus, il y avait sa mère, la sœur de sa mère, Marie la femme de Clopas et Marie de Magdala. 26 Jésus voit sa mère. Il voit, auprès d’elle, le disciple qu’il aime. Jésus dit : « Mère, voici ton fils. » 27 Ensuite il dit au disciple : « Voici ta mère. » Alors, à partir de ce moment, le disciple prend Marie chez lui.

Commentaire

Le triomphe de Jésus

Est-ce que dans votre vie vous avez traversé des moments difficiles ? Peut-être que vous êtes actuellement dans une telle période, et que les choses ne se présentent pas bien pour vous en ce moment. Souvenez-vous qu'au moment de son plus grand triomphe, les choses ne se présentaient pas bien pour Jésus.

Je me souviens avoir parlé au père Raniero Cantalamessa, prédicateur de la maison papale, juste avant qu'il ne participe à un débat public avec une personne athée. J'ai demandé au père Raniero s'il pensait qu'il l’emporterait. Il a répondu qu'il ne savait pas. Il a dit qu'il était possible qu’il perde le débat. “Mais“ ajouta-t-il, “Dieu peut être glorifié dans la défaite“.

La crucifixion de Jésus montre que Dieu peut être glorifié dans ce qui semble être une défaite. C'est le moment du plus grand triomphe de Jésus.

À trois reprises, Pilate a protesté pour affirmer l'innocence de Jésus (18,38 ; 19,4-6), et à deux autres occasions, il a tenté de s’opposer à la mise à mort de Jésus (voir aussi 19,12,14). Mais en fin de compte, il s’est montré trop faible pour agir selon sa conscience. Il a cédé à la pression « Alors il leur livre Jésus » (v.16).

La mort de Jésus était entièrement volontaire. Même dans l’impossibilité de se déplacer, Jésus était en fait le seul à être totalement libre. Pilate a dit : « Tu ne sais donc pas que j'ai le pouvoir de te libérer et que j'ai aussi le pouvoir de te clouer sur une croix ? » (v.10). Jésus lui répondit : « Tu n'as sur moi aucun pouvoir, sauf celui que Dieu te donne » (v.11). L'ironie c’est que Jésus avait une autorité totale sur Pilate.

Ce fut une heure de grandes ténèbres. Jésus a été fouetté, une couronne d'épines a été posée sur sa tête, il a été frappé au visage, il a été livré pour être crucifié, il a été dépouillé de ses vêtements et les soldats les ont ensuite tirés au sort. Pourtant à travers tout cela, les Écritures s'accomplissaient (vv.23-24).

Dans son témoignage, Jean met l'accent sur l'accomplissement de la prophétie et sur la royauté de Jésus. Tout au long du procès et de la crucifixion de Jésus, le thème tourne constamment autour de la question de sa royauté. Les soldats déguisent Jésus en roi et crient : « Salut, roi des Juifs » (v.3). Pilate déclare avec une ironie amère : « Voici votre roi » (v.14), et demande : « Est-ce que je vais clouer votre roi sur une croix ? » (v.15). Les chefs des prêtres répondent : « Notre seul roi, c'est l'empereur » (v.15), et Pilate fait donc préparer un panneau indiquant : « Jésus de Nazareth, le roi des Juifs » (v.19).

Au moment où Jésus est crucifié, il ressemble à tout sauf à un roi. On se moque de lui. Pourtant l'ironie c’est qu’alors que Pilate organise la préparation de l'avis de sa mise à mort (en trois langues pour que tout le monde puisse le lire, v.20), les desseins de Dieu s'accomplissent avec la proclamation au monde entier que Jésus est le Roi divin. Il est le roi de l'amour, d’un amour caché et silencieux.

Lors de son procès, Jésus déclare à Pilate : « Tu le dis : je suis roi » (18,37) (Colombe). Cependant, contrairement à César, son royaume « n'appartient pas à ce monde » (v.36), car il s'agit d'un royaume céleste éternel. Ce Roi éternel triomphe non pas par la puissance du triomphalisme romain, mais par ce qui semble être la faiblesse de la mort sur une croix.

Jésus triomphe des ténèbres, du mal et du péché. Demain, nous lirons le passage où figurent ces mots importants : « Tout est fini » (19,30). Jésus a accompli la tâche de porter les péchés du monde dans son propre corps. La plus grande victoire de l'histoire du monde était alors remportée. C'est le triomphe du bien sur le mal, de la vie sur la mort.

Sa vie semble être un terrible échec. La haine semble avoir vaincu l'amour. Mais en fait le vaincu, celui qui a apparemment échoué, a en réalité triomphé et a ouvert une source de vie nouvelle, avec une nouvelle vision pour l'humanité et une nouvelle route vers la paix et l'unité.

Si vous êtes aux prises avec les circonstances de votre vie en ce moment, restez près de Jésus et souvenez-vous que Dieu peut être glorifié dans la défaite. Les plus grands triomphes de notre vie surviennent parfois lorsque les circonstances semblent les plus difficiles.

Prière

Seigneur, je te remercie que grâce à ton triomphe, Dieu nous conduit sans cesse dans une procession triomphale en Christ, et « par nous, répand en tout lieu le parfum de sa connaissance » (2 Corinthiens 2,14) (TOB).

Ancien Testament

1 Samuel 26,1-28,25

David refuse à nouveau de tuer Saül

26 Les gens de Zif viennent trouver Saül à Guibéa et lui disent : « David se cache sur la colline de Hakila, en face de la plaine désertique. Tu ne sais donc pas cela ? » 2 Alors Saül se met en route. Il descend dans le désert de Zif pour chercher David. Les meilleurs soldats d’Israël l’accompagnent. Ils sont 3 000. 3 Saül installe son camp sur la colline de Hakila, au bord de la route. David est dans le désert. Il apprend que Saül le poursuit au désert. 4 Alors il envoie des gens pour se renseigner. Ainsi, il est sûr que Saül est arrivé. 5 David se met en route. Il arrive là où Saül a installé son camp. Il aperçoit l’endroit où Saül dort avec Abner, fils de Ner, le chef de l’armée. Saül dort au milieu du camp, et les soldats campent autour de lui.

6 David appelle Ahimélek le Hittite et Abichaï, fils de Serouia et frère de Joab. Il leur demande : « Qui veut descendre avec moi jusqu’au camp de Saül ? » Abichaï répond : « Moi, je descends avec toi. »

7 Pendant la nuit, David et Abichaï se rendent près des soldats. Saül est couché et il dort au milieu du camp. Sa lance est plantée dans la terre, près de sa tête. Abner et les soldats dorment autour de lui. 8 Abichaï dit à David : « Cette nuit, Dieu met ton ennemi en ton pouvoir. Laisse-moi le frapper d’un seul coup de lance. Je n’aurai pas besoin de le frapper deux fois. » 9 David répond : « Non, ne le tue pas ! Si quelqu’un fait mourir le roi que le Seigneur a consacré, il sera puni. 10 Par le Seigneur vivant, je te le dis, c’est le Seigneur lui-même qui le fera mourir : ou bien il mourra de mort naturelle, ou bien il sera tué à la guerre. 11 Mais que le Seigneur m’empêche de tuer le roi qu’il a consacré ! Maintenant donc, prenons la lance qui est près de la tête du roi avec sa gourde d’eau et partons ! »

12 David prend la lance et la gourde qui sont près de la tête de Saül, et ils s’en vont. Personne ne s’est réveillé, personne n’a rien vu, personne n’a rien su. Ils dormaient tous. En effet, le Seigneur a fait tomber sur eux un sommeil profond. 13 David passe de l’autre côté de la vallée. Il se tient sur la colline, assez loin du camp de Saül. 14 David crie en direction de l’armée pour appeler Abner, fils de Ner : « Abner ! Réponds ! » Abner demande : « Qui se permet de déranger le roi en criant ainsi ? » 15 David continue : « Tu es un homme, n’est-ce pas ? Il n’y a pas de meilleur soldat que toi en Israël ! Alors pourquoi est-ce que tu n’as pas mieux protégé le roi, ton maître ? Quelqu’un est venu pour le tuer. 16 Ce n’est pas bien, ce que tu as fait là ! Vous n’avez pas protégé correctement votre maître, le roi consacré par le Seigneur. Par le Seigneur vivant, vous méritez la mort ! Regarde à la tête du roi : où sont sa lance et sa gourde d’eau ? »

17 Saül reconnaît la voix de David et il demande : « David, mon fils, est-ce que c’est toi qui parles ? » David répond : « Oui, c’est moi, mon roi. » 18 Et il ajoute : « Tu me poursuis, mon roi. Pourquoi donc ? Qu’est-ce que je t’ai fait ? Quel mal est-ce que j’ai commis ? 19 Mon roi, je t’en prie, écoute ce que j’ai à te dire. Si c’est le Seigneur qui t’a lancé contre moi, qu’il accepte une offrande ! Mais si ce sont des hommes, que le Seigneur les maudisse ! En effet, aujourd’hui, on me chasse, on m’empêche d’habiter le pays que le Seigneur a donné à son peuple. C’est comme si on me disait : “Va servir d’autres dieux !” 20 Mais moi, je ne veux pas mourir loin de la présence du Seigneur. Toi, le roi d’Israël, tu es parti à la guerre contre moi, pour me rechercher, moi, une puce. Pourquoi donc ? Tu me poursuis comme quelqu’un qui chasse une perdrix dans les montagnes. Oui, pourquoi ? »

21 Saül répond : « J’ai eu tort. Reviens, mon fils David ! Je ne te ferai plus de mal puisque, cette nuit, tu as respecté ma vie. Oui, j’ai agi comme un fou, je me suis complètement trompé. » 22 David dit : « Mon roi, ta lance est ici. Envoie un de tes serviteurs la chercher. 23 Le Seigneur rendra à chacun ce qu’il a fait de juste et de sincère. Aujourd’hui, le Seigneur t’a livré en mon pouvoir. Mais je n’ai pas voulu te faire du mal, parce que tu es le roi consacré par le Seigneur. 24 Aujourd’hui, ta vie a été précieuse pour moi. De même, je souhaite que ma vie soit précieuse pour le Seigneur et qu’il me délivre de tout malheur. » 25 Alors Saül dit à David : « Que le Seigneur te bénisse, mon fils David ! Oui, tu feras de grandes choses et tu réussiras sûrement. » David continue son chemin, et Saül rentre chez lui.

David retourne se réfugier chez les Philistins

27 David se dit en lui-même : « Un jour ou l’autre, Saül va finir par me tuer. Je n’ai rien de mieux à faire que de fuir au pays des Philistins. Saül arrêtera de me chercher dans tout le territoire d’Israël, et ainsi, je lui échapperai. » 2 David part donc avec ses 600 hommes et il va chez Akich, fils de Maok et roi de Gath. 3 Ils s’installent tous à Gath, près d’Akich, chacun avec sa famille. David a ses deux femmes avec lui : Ahinoam, d’Izréel, et Abigaïl, veuve de Nabal, de Karmel. 4 Saül apprend que David a fui à Gath. Alors il arrête de le poursuivre.

5 Un jour, David dit à Akich : « Si tu veux bien montrer ta bonté envers moi, permets-moi d’habiter dans une des petites villes de la campagne. Pourquoi est-ce que je devrais habiter avec toi dans la ville royale ? » 6 Le jour même, Akich lui donne la ville de Siclag. C’est pourquoi cette ville appartient aux rois de Juda encore aujourd’hui.

7 David est resté dans le pays des Philistins pendant un an et quatre mois. 8 De Siclag, David et ses hommes lancent des attaques contre les Guéchourites, les Guirzites et les Amalécites, en direction de Chour et jusqu’à la frontière de l’Égypte. Ces peuples habitent cette région depuis toujours. 9 David tue les habitants, il ne laisse en vie ni homme, ni femme. Il prend les bœufs, les moutons et les chèvres, les ânes, les chameaux et les vêtements. En revenant, il a l’habitude d’aller voir Akich. 10 Alors celui-ci lui demande : « Aujourd’hui, vous avez lancé une attaque contre qui ? » David répond : « Contre le sud du pays de Juda », ou bien « Contre le sud de la région des Yeramélites », ou encore « Contre le sud de la région des Quénites ». 11 David ne permet jamais qu’on ramène quelqu’un à Gath, ni homme ni femme. Il a peur que ces gens-là parlent et disent : « Voilà ce que David a fait. » David agit de cette façon pendant tout le temps qu’il habite dans le pays des Philistins. 12 Akich a une totale confiance en David. Il se dit : « Il s’est vraiment trop mal conduit. Ses frères israélites ne pourront plus le supporter, il restera donc toujours à mon service. »

28 À cette époque, les Philistins rassemblent leurs troupes pour aller combattre Israël. Akich dit à David : « Tu dois le savoir, toi et tes hommes, vous viendrez à la guerre avec moi. » 2 David répond : « D’accord, tu es mon maître. Tu verras ainsi ce que je ferai. » Akich lui dit : « Eh bien, je te prends comme garde du corps pour toujours. »

Saül consulte la sorcière d’En-Dor

3 Quand Samuel est mort, tous les Israélites ont fait pour lui les cérémonies de deuil. Ils l’ont enterré dans sa ville, à Rama. Saül a interdit dans le pays la coutume d’interroger les morts et de prédire l’avenir.

4 Un jour, les Philistins rassemblent leurs troupes et installent leur camp près de Chounem. Saül aussi rassemble l’armée d’Israël, et les Israélites s’installent au mont Guilboa. 5 Quand Saül voit le camp des Philistins, il a très peur et il commence à trembler. 6 Il consulte le Seigneur, mais le Seigneur ne lui répond pas : ni en rêve, ni par les objets sacrés du prêtre, ni par un prophète. 7 Alors Saül donne cet ordre à ses serviteurs : « Cherchez-moi une femme capable d’interroger les morts. Je vais aller la consulter. » Ils lui répondent : « À En-Dor, il y a une femme qui interroge les morts. » 8 Saül se déguise en changeant de vêtements et il part pour En-Dor avec deux hommes. Ils arrivent chez la femme pendant la nuit. Saül dit à la femme : « Interroge un mort pour moi. Appelle celui que je vais t’indiquer. » 9 Mais la femme répond à Saül : « Tu sais bien ce que Saül a fait. Il a interdit dans le pays la coutume d’interroger les morts et de prédire l’avenir. Est-ce que tu cherches à me tendre un piège pour me faire mourir ? » 10 Saül lui dit : « Je le jure par le Seigneur vivant, dans cette affaire, la faute ne retombera pas sur toi. » 11 La femme demande encore à Saül : « Alors, qui dois-je appeler pour toi ? » Saül répond : « Appelle Samuel. »

12 Quand la femme voit Samuel, elle pousse un grand cri et elle dit à Saül : « Mais tu me trompes ! Pourquoi donc ? Tu es le roi Saül ! » 13 Saül lui dit : « N’aie pas peur. Qu’est-ce que tu vois ? » La femme lui répond : « Je vois un esprit qui monte de la terre. » 14 Saül reprend : « Comment est-il ? » La femme répond : « C’est un vieillard. Il porte un long vêtement. »

Saül comprend que c’est Samuel. Alors il s’incline jusqu’à terre, en signe de respect. 15 Samuel dit à Saül : « Tu déranges mon repos. Pourquoi est-ce que tu me fais appeler ? » Saül répond à Samuel : « Je suis très inquiet. Les Philistins me font la guerre, et Dieu m’a abandonné. Il ne me répond plus, ni par un prophète, ni en rêve. C’est pour cela que je te fais appeler. Dis-moi ce que je dois faire. » 16 Samuel lui répond : « Pourquoi est-ce que tu m’interroges ? Tu le vois bien, le Seigneur t’a abandonné et il est devenu ton ennemi. 17 Le Seigneur te traite comme je te l’avais dit de sa part. Il t’a enlevé le pouvoir royal et il l’a donné à un autre, à David. 18 Aujourd’hui, le Seigneur te traite ainsi, car tu as refusé d’obéir à ses ordres, et tu n’as pas tué tous les Amalécites. 19 Le Seigneur va vous livrer, toi et le peuple d’Israël, au pouvoir des Philistins. Demain, toi et tes fils, vous serez avec moi, dans le monde des morts, et ton armée sera au pouvoir des Philistins. »

20 Dès que Saül entend ces paroles de Samuel, il a très peur. Il tombe et il reste couché par terre. De plus, il est sans force, parce qu’il n’a rien mangé pendant toute la journée et toute la nuit. 21 La femme vient près de Saül et elle voit qu’il a très peur. Alors elle lui dit : « Je t’ai écouté. J’ai fait ce que tu m’as demandé et ainsi j’ai risqué ma vie. 22 Maintenant, écoute-moi à ton tour : je vais t’apporter un peu de nourriture. Tu vas manger pour avoir des forces avant de retourner chez toi. » 23 Saül lui dit : « Non, je ne mangerai pas. » Ses serviteurs et la femme insistent, et finalement, Saül accepte de manger. Alors il se lève et s’assoit sur le lit. 24 La femme a chez elle un gros veau. Elle se dépêche de le tuer. Ensuite, elle prend de la farine, elle fait de la pâte et cuit des pains sans levain. 25 Elle sert ce repas à Saül et à ses serviteurs. Ils mangent. Ensuite, ils se mettent en route et retournent chez eux cette nuit-là.

Commentaire

Le triomphe de David

Le triomphe de David n'est pas facile à obtenir. Les victoires dans la vie sont rarement faciles. Elles surviennent généralement après de nombreux échecs et difficultés.

Saül dit à David : « Que le Seigneur te bénisse, mon fils David ! Oui, tu feras de grandes choses et tu réussiras sûrement » (26,25).

Il est tragique de voir jusqu'où Saül est tombé. Un temps il avait été un homme de Dieu rempli de l'Esprit, et engagé à se débarrasser du mal sur tout le territoire. Il se retrouve maintenant à consulter les sorcières, alors même qu’il les avait bannies (chapitre 28).

On découvre aussi le pire aspect du personnage de David. Il rejoint les Philistins, vit de tromperie et assassine des femmes et des enfants (chapitre 27). Il doit plonger au plus profond pour cacher ce qu'il fait. L'image que la Bible brosse de David est loin d'être parfaite, et pourtant Dieu l'utilise malgré ses défauts et ses échecs.

D’un autre côté, nous voyons aussi David sous son meilleur jour. David a eu l'occasion de se venger de Saül, qui tentait de le tuer. Cependant, il a refusé de se venger. David avait un grand respect pour Saül parce qu’il était en position d'autorité.

Il dit : « Qui pourrait porter la main sur le messie du Seigneur et demeurer impuni ?... Que le Seigneur m’ait en abomination si je porte la main sur le messie du Seigneur » (26,9,11) (TOB).

David est resté loyal et fidèle à Saül, en dépit du fait que Saül essayait de l'assassiner. Suivez l'exemple de David et refusez de vous laisser entraîner dans le péché pour tenter de vous libérer de l'autorité qu'une personne a sur vous. Même Saül reconnaît la « justice » et la « fidélité » de David. Saül voit que David fera « de grandes choses » et « réussira sûrement » (v.25).

La vie de David nous enseigne qu'il ne faut pas s'attendre à un succès et à un triomphe instantanés. Souvent, Dieu nous prépare à travers des années d'obscurité, de difficultés et même de défaites ou d'échecs. C'est durant ces temps d'épreuves que, tout comme David, nous ne devons jamais agir par vengeance mais plutôt traiter chacun avec amour, honneur et respect.

Prière

Seigneur, merci de nous utiliser puissamment malgré nos nombreux échecs. Merci, car notre triomphe sur le mal n'est possible que par le triomphe de Jésus sur la croix et par sa résurrection.

Pippa ajoute

Jean 19,25-27

Je ne peux pas imaginer ce que Marie, la mère de Jésus, a ressenti alors qu'elle se tenait près de la croix, regardant son fils mourir. C'était déjà assez grave quand un de nos enfants s'était cassé une jambe et qu'un autre avait dû se faire opérer. Voir ses enfants souffrir est la chose la plus douloureuse. Marie est une source d'inspiration en tant que mère, et l'amour qui existe entre la mère et le fils est si touchant. Parfois, le simple fait d'être là est tout ce que l'on peut faire.

Le souci et la prévoyance de Jésus pour sa mère, même en ce temps particulièrement difficile de sa vie, nous rappellent l'importance de prendre soin de nos familles.

reader

Application

Téléchargez l'application de la Bible en 1 an pour les appareils iOS ou Android et lisez-la chaque jour.

La version française de l'application étant une nouveauté, nous faisons face à un problème d'affichage dans certains commentaires. Si vous recontrez ce problème sur votre smartphone, nous vous encourageons à vous rendre dans les paramètres de l'application, puis à changer la langue de contenu (par exemple "English"), puis à nouveau changer la langue de contenu sur "Français". Merci de votre compréhension et désolés pour ce désagrément ! Nous faisons tout notre possible pour régler ce problème au plus vite.

reader

Courriel

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir la Bible en 1 an dans votre boîte de réception chaque matin. Vous recevrez un e-mail par jour.

reader

Site Web

Commencez à lire la journée d'aujourd'hui, ici même, sur le site Web de la Bible en 1 an.

Lire maintenant

Références

Paul Rincon, 'Apollo 13 : From Disaster to Triumph', en ligne [dernière visite en décembre 2014]

Sauf indication contraire, les citations bibliques sont tirées de La Bible Parole de Vie © Société biblique française – Bibli’O, 2000.

Les extraits marqués (Colombe) sont tirés de La Nouvelle version Segond révisée (Bible à la colombe) © Société biblique française – Bibli’O, 1978.

Les extraits marqués (NFC) sont tirés de La Bible Nouvelle Français courant © Société biblique française – Bibli’O, 2019.

Les extraits marqués (TOB) sont tirés de La Traduction Œcuménique de la Bible © Société biblique française – Bibli’O et Editions du Cerf, 2010.

Les extraits marqués (MSG) sont traduits de la Message.

Ce site Web stocke des données telles que des cookies pour activer les fonctionnalités et les analyses nécessaires du site. En savoir plus